Bienvenue sur le Forum du P.S.E

Forum du Partage Solidarité et Entraide
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion    
Nous soutenons:
- La Charte des Indignés: ici
- le RIC: ici pour obtenir :
- l'appel à une Constituante: ici
- la reconnaissance du Vote Blanc : ici

Partagez | 
 

 Dans quel monde vivons-nous...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pierrot
Admin
Admin
avatar

Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 73
Localisation : Hérault

MessageSujet: Dans quel monde vivons-nous...   Mar 11 Déc 2012, 14:45

Dans quel monde vivons-nous...

Selon qu’elle est ponctuée d’interrogation ou d’exclamation, cette phrase rassemble bien deux caractéristiques majeures de la période : la nécessité de se donner d’autres outils pour comprendre le monde actuel, et l’inquiétude quant aux perspectives offertes par le capitalisme actuel. Ce nouveau siècle qui s’est ouvert est marqué, à la fois par la continuité, et à la fois par les transformations profondes. Continuité d’un système en proie à ses contradictions économiques irrémédiables et qui est amené à être remplacé ; transformation d’une société qui, comme tout organisme vivant, bouge, évolue, s’adapte pour survivre. Indiscutablement, le monde tel qu’il se définissait après les deux guerres mondiales a vécu et si la crise, l’exploitation et la barbarie capitaliste sous toutes ses formes continuent à marquer le cours de l’histoire, les termes ne s’en définissent plus de la même manière sur le plan de la composition des classes, de l’organisation économique et politique de la production et de l’organisation sociale, de la manière dont la loi de la valeur infiltre les domaines les plus privés de l’activité et de la pensée humaine.

Dans quel monde vivons-nous ?

Le terme de mondialisation résume les transformations profondes actuelles. Au départ du mouvement naturel d’expansion du capital, la mondialisation est marquée par une interdépendance sans précédent des capitaux, des entreprises et du commerce au niveau mondial. Elle s’inscrit donc dans la continuité du développement du système, mais constitue également un saut qualitatif, donc une transformation profonde dans l’organisation économique, politique et sociale qu’elle implique. Elle permet un taux de plus-value plus élevé grâce à une plus grande exploitation de la classe ouvrière et au transfert de plus-value qu’elle organise vers les pays les plus développés — en particulier les Etats-Unis. En outre, la mondialisation permet de contenir les contradictions de plus en plus profondes du système économique, en facilitant la circulation rapide du flux des capitaux et en accroissant considérablement la souplesse des structures économiques, les rendant ainsi plus aptes à s’adapter de manière immédiate aux exigences de l’économie et de la concurrence. Si la mondialisation n’apporte pas de solution de fond aux contradictions inhérentes au système capitaliste, elle est un aspect positif du fonctionnement actuel, pour les pays développés qui en tirent profit de façon temporaire.

La mondialisation implique donc une dynamique interne de développement, développement qui, à son tour, va entraîner de nouveaux progrès. Ainsi, la mondialisation s’est dotée de nouveaux outils : les « nouvelles technologies », qui ont profondément transformé la manière dont la production, la communication et le travail individuel étaient organisés, remodelant même la sphère privée via l’entrée, dans les maisons, du « personnel computer » et de toutes ses applications techniques. Tous les aspects de la production et de la distribution ne se cantonnent plus à l’usine — lieu de concentration de travailleurs organisée selon un modèle fordiste rattachée à un secteur défini, mais elles sont difractées sur un ensemble de pays, dissociées dans leurs fonctions d’innovation, de production et de commercialisation, ces dernières étant confiées à...


Lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
http://notresesame.forumgratuit.org/
richard30



Date d'inscription : 15/06/2010

MessageSujet: Re: Dans quel monde vivons-nous...   Jeu 07 Mar 2013, 09:32

Faire confiance ?

Avoir accepté de construire l'Europe, cette Europe, via ses représentants non élus, qui décidaient qu'il fallait faire passer en France le nombre d'exploitations agricoles de 750 à 250 mille, afin de favoriser l'agriculture intensive et l'industrie agroalimentaire ; avoir favorisé les échanges internationaux coûteux en pollution et en chômage, alors que notre pays était celui qui avait le plus de personnalité, de variétés gustatives, au travers de sa production agricole auto-suffisante ; avoir décidé de niveler les pouvoirs d'achat, pour notre pays, vers le bas ; avoir confié la gestion des normes sanitaires à des organismes probablement soumis aux « conflits d'intérêts », etc.., et être étonné du résultat.
Notre pays est réellement capable de produire différemment, en respectant la nature, le sol, les économies d'énergie, les cycles de vie et les métabolismes intrinsèques au corps humain, etc.. Pourquoi faire très compliqué, alors qu'il est possible de faire très simple ? Pour le profit de quelques-uns. Et l'homme dans tout cela : une bouche dont les papilles sont constamment dupées par des centaines d'agents de substitution aux saveurs naturelles, dont l'estomac reçoit ces centaines d'agents de saveur mais également, des centaines de produits de conservation, de mise en couleur, de mise en texture, etc..
Pour quand la pâtée alimentaire entièrement synthétique ?
La traçabilité est indispensable à tous les niveaux de l'élaboration des « produits » alimentaires mais pas seulement les constituants, également la provenance de ceux-ci, la nourriture avec laquelle, pour ce qui concerne les élevages, les animaux ont été alimentés, etc..
Donc, est-il possible d'affirmer que l'être humain possède, via son cerveau, ses organes sensoriels, etc.., tous les « atouts » pour être dupé en permanence ? La priorité serait donc de faire cesser la « duperie » ?
Pour obtenir le « respect », le « passage obligé » ne serait-il pas de commencer par « se faire respecter » ?
Revenir en haut Aller en bas
richard30



Date d'inscription : 15/06/2010

MessageSujet: Re: Dans quel monde vivons-nous...   Jeu 07 Mar 2013, 09:33

La libre circulation des biens et des personnes.
Cette « libre circulation », par effet de concomitance, pourrait générer la « libre fraude », par l'intermédiaire de l'opacité la plus « efficace » jamais installée à ce jour.
La seule priorité : autoriser la production de plus-values financières sur tout ce qui le permet. Plus grave encore : le faire aux risques de provoquer l'effondrement de toutes les bases construites avec l'expérience et le courage de tous, depuis des décennies.
Ce choix ayant été déterminé sans l'approbation de la majorité des 500 millions de citoyens européens, il est logique d'annoncer que les effets se feront à leur insu.
Pour l'instant, ces citoyens délèguent leurs pouvoirs car ils ont « confiance » en leurs représentants.
Le problème majeur se situe à cet endroit : ont-ils raison ou tort de leur faire confiance ?
Tous les abus dévoilés depuis quelques temps prouvent le contraire.
D'un coté la solution la « meilleure » pour quelques-uns et de l'autre, la solution la « moins pire » pour tous les autres.
Pour contrôler les nuisances prévisibles de ce système libéré par une poignée, il va falloir consacrer un temps et un financement considérables, de la part de tous les autres.
Ces contrôles devront, en effet, se faire en « aval » de tout ce qui est produit, à travers le monde entier.
Ne serait-il pas plus logique de les faire en « amont » de ce système, par des lois, des normes et des règles, dictées par les consommateurs et leurs représentants et non plus par les « producteurs » de ces produits ou des plus-values qu'ils peuvent générer ?
Revenir en haut Aller en bas
richard30



Date d'inscription : 15/06/2010

MessageSujet: Re: Dans quel monde vivons-nous...   Jeu 07 Mar 2013, 09:35

L’Europe devient visible.
Le problème soulevé par l'affaire « Findus » et le délit de tromperie sur la nature de ce qui est réellement commercialisé et qui touche l'alimentation de millions d'européens, est loin d'être anodin. Il est indispensable d'examiner les résultats de cette organisation européenne.
Elle ressemble à une toile d'araignée internationale difficilement « contrôlable ».
Que constate-t-on à présent, en son sein : un sentiment d'échec au sujet de l'économie de la plupart des pays membres car elle ne fonctionne que sous perfusions financières ; du manque de cohérence pour ce qui concerne la parité des monnaies, à l'origine de sa création ; des réglementations liées aux normes industrielles et sanitaires ; des régimes d'assurances et des taux horaires de main-d’œuvre respectifs qui ne sont tirés que vers le bas sans application de coefficient de compensation ; de perte totale de la souveraineté citoyenne car seulement une poignée de décideurs interviennent et imposent leurs volontés et leurs directives à 500 millions de citoyens, etc..
A titre d'exemple et de comparaison et à la culture et la langue près, il a été décidé que nous devrions vivre suivant les critères de la Chine.
Avez-vous pris la peine de vérifier d'où viennent les directives européennes ? En majorité de la Commission et du Conseil.
En toute objectivité nous pouvons constater les pertes dramatiques au niveau de notre savoir-faire, de notre pouvoir d'achat, de nos emplois et de notre économie .
Les multiples dirigeants qui se sont succédé ont-ils omis d'intégrer les paramètres de compensation nécessaires au maintient d'un équilibre juste et indispensable ou ont-ils volontairement décidé de passer outre ce problème en considérant que nous accepterions de nous adapter aveuglément à leurs volontés ?
Maintenant que les devoirs de 500 millions de citoyens européens ont bien été établis, par les divers traités et par la loi, ne serait-il pas honnête et équitable d'imposer que les devoirs de la poignée de décideurs qui ont obtenu le pouvoir subrepticement, le soient maintenant, au travers des pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires ?.
Revenir en haut Aller en bas
arista



Date d'inscription : 22/06/2011

MessageSujet: Re: Dans quel monde vivons-nous...   Jeu 07 Mar 2013, 18:22

Et ces décideurs, par qui ont-ils été élus ? C'est un comble que des directives nous viennent de ces gens qu'on n'a même pas choisis.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans quel monde vivons-nous...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans quel monde vivons-nous...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans mon monde à moi, y a que des poneys [LGee G5]
» Le portage dans le monde
» 91 % des crimes d’honneur dans le monde sont commis par des musulmans
» Rhésus: quel recul avons-nous sur le ROPHYLAC?
» Dans quel(s) supermarché(s) allez vous faire vos courses ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le Forum du P.S.E :: MONDIALISATION-
Sauter vers: